LR lance un projet industriel commun relatif à la fabrication additive

Nous avons invité des entreprises internationales à participer à un projet industriel commun traitant des problèmes auxquels sont confrontés les fabricants qui fournissent le secteur énergétique. Le dernier projet en date concerne la fabrication additive.
“ Cela démontre notre intention de réunir des entreprises qui comprennent l'intérêt de proposer conjointement des solutions innovantes et révolutionnaires en matière de fabrication numérique “, explique Claus Myllerup, premier vice-président du département technologie de Lloyd's Register Energy.
 
La fabrication additive, également connue sous le nom d'impression 3D, connaît un essor tel qu'elle pourrait révolutionner les chaînes d'approvisionnement à travers le monde. La tendance mondiale indique une croissance potentielle de 390 % du marché dans les sept prochaines années. En outre, selon notre dernière enquête Technology Radar, la fabrication additive aura un impact considérable sur le secteur pétrolier et gazier dans les cinq prochaines années.
Selon M. Myllerup, “ les entreprises nationales et internationales peuvent surmonter les contraintes des procédés de fabrication conventionnels, afin de trouver de véritables solutions innovantes, fruit d'une collaboration stratégique “. “ La fabrication additive n'est qu'un exemple parmi plusieurs innovations actuellement à l'étude. “
 
Cependant, la fabrication additive est loin de faire l'unanimité, en particulier dans les secteurs où le niveau de sécurité et la quantité des équipements industriels sont élevés. Ces réticences s'expliquent par l'absence de normes prouvant aux fabricants et aux autorités réglementaires que les produits imprimés sont sûrs. En outre, il existe des risques liés à l'homogénéité et au contrôle qualité, aux performances à long terme, à l'intégrité des données, à la propriété intellectuelle et aux logiciels et matériel utilisés dans la fabrication de haute précision. Par ailleurs, à l'heure actuelle, cette technologie ne peut pas être utilisée de manière récurrente pour l'assemblage. Finalement, l'utilisation sûre et régulière des poudres entrant dans le procédé de fabrication pose également un risque pour l'environnement et la santé.
 
Claire Ruggiero, vice-présidente des services d'inspection technique de Lloyd’s Register Energy, déclare : “ l'expertise inégalée de Lloyd’s Register Energy en matière d'inspection des procédés de fabrication et des composants constitue un atout incontestable pour le projet industriel commun de fabrication additive. “
 
“ Les problèmes auxquels sont confrontés les fabricants qui ont recours à la fabrication additive peuvent être surmontés au moyen d'une démarche collaborative. En réunissant les principaux fournisseurs de matériel et de machines, fabricants, utilisateurs et organismes de recherche, nous pouvons analyser ensemble les risques et les mesures de contrôle sous tous les aspects. Nous sommes convaincus que ce projet industriel commun contribuera à façonner les meilleures pratiques en matière de fabrication additive. “
 
Les projets industriels communs viennent soutenir la vision et la mission de Lloyd’s Register Energy, à savoir augmenter les ressources et les capacités techniques de l'industrie à travers le monde, en vue d'assurer son avenir. Récemment, l'entreprise a ouvert un laboratoire de recherche commun à Singapour. Cet investissement de taille vise à offrir des solutions techniques innovantes et à relever les défis posés aux secteurs énergétique, maritime et offshore.
 
“ Les entreprises du secteur énergétique qui sont invitées à adhérer à nos programmes de projet industriel commun peuvent promouvoir et financer les projets, du concept à leur commercialisation, et proposer des technologies révolutionnaires au secteur de l'énergie. Lloyd’s Register Energy a toujours plusieurs dizaines de projets industriels communs en cours, ce qui favorise l'innovation. Les meilleurs projets industriels communs sont ceux où les organismes de validation, fabricants et utilisateurs travaillent ensemble en vue d'atteindre un objectif commun : créer un concept adapté au marché qui dure aussi longtemps que possible “, conclut M. Myllerup.